LIORZER, le jardinier conseil!

Contactez moi : ici -->
Pour tous renseignements complémentaires!

Soutenez l'auteur !
Faite un don sécurisé avec

Google
créer un forum

vous êtes déjà venu

le visiter depuis le
5 juin 2005. Merci.

Dernière Mise à jour
le 24 novembre 2013.




Les Plantes d' Intérieur

 

Ce sont des plantes et des organismes vivants comme les autres. Elles mangent, respirent, boivent, se développent et se reposent. La grosse différence se trouve dans leur lieu de vie : le vôtre! Ce lieu de vie est particulier et particulièrement " difficile" pour des plantes car elles en sont complètement"prisonnières". En effet, dans la nature, les plantes s' adaptent à leur environnement. Elles puisent leur nourriture quand elles veulent où elles veulent et surtout comme elles veulent ou presque! Dans vôtre habitation c' est vous qui décidez pour 95% des apports et des conditions de vie.

Les plantes ne sont pas très exigeantes dans la grande majorité des cas! Elles sont même, pour la plupart, très arrangeantes.

Voici les 4 points que l' on peu considérés comme fondamentaux pour les conserver au mieux :

  1. La LUMIERE.
  2. L' EAU.
  3. L' ALIMENTATION.
  4. La TEMPERATURE.

Voici les quelques conseils, non exhaustifs, que je considère comme important pour chaque points et qui me permettent de garder et de faire prospérer de nombreuses plantes chez moi.

  1. La LUMIERE : Elle est fondamentale pour les plantes à plus d' un titre! En effet, sans elle les plantes ne peuvent pas manger, boire et respirer. La lumière est à la base de la vie de la plante car elle est l' élément essentiel de la Photosynthèse. ( La photosynthèse est le processus bioénergétique qui permet aux plantes de synthétiser leur matière organique en exploitant l’énergie solaire. C' est la fabrication de matière carbonée organique à partir d' eau et de carbone minéral (CO2) en présence de lumière. Les besoins nutritifs de la plante sont le dioxyde de carbone de l' air, l' eau et les minéraux du sol. Les végétaux sont dits autotrophes pour le carbone. Une conséquence importante est la libération de molécules de dioxygène. définition Wikipédia ). Pour résumer, grâce à la lumière, l' énergie solaire, la plante subvient à tous ces besoins en associant les éléments principaux que sont le Carbone (C), l' Oxygène (O), l' Hydrogène (H) et d' autres éléments comme l' Azote (N), etc.
    On voit ici l' importance de l' emplacement de chaque plante dans la maison. En effet, à chaque endroit correspond une certaine quantité de lumière donc les besoins de certaines plantes. ex : une fougère aime mieux une lumière indirecte, un clivia ou un ficus aimera plutôt un endroit lumineux, etc.
    Un manque de lumière aura pour effet une perte de couleur et de vigueur de la plante, la plante s' étiole. Trop de lumière ne permettra pas le développement normal des plantes et pourra provoquer des brûlures sur les feuilles.

  2. L' EAU : " l' eau c' est la vie " tous le monde connaît cette maxime cependant l' eau ce peut être la mort aussi, surtout pour les plantes. L' eau permet de véhiculer tous les éléments, ou presque tous, à travers le corps. Mais elle est indispensable aussi à la structure de tous corps surtout végétal. Les deux corps extrêmes sur terre sont le grain de pollen avec 1% de sa masse en eau et la méduse 99% de sa masse en eau mais la plupart des plantes possède environ 80% d' eau.
    La meilleure des eaux pour les plantes est l' eau de pluie qu 'il faut apporter une fois par semaine, à jour fixe de préférence, quand la température ambiante est inférieure ou égale à 25°C et deux fois par semaine ou plus quand la température est supérieure pour les plantes en pot avec soucoupe. Il faut diviser par deux ces apports si vous utilisez un bac à réserve d' eau. Dans le cas où vous utilisiez un pot avec soucoupe, il ne faut plus qu 'il y ai d' eau dans cette soucoupe 24h après l' arrosage.
    Il faut faire très attention aux apports en eau car un manque d' eau ou un trop d' eau aboutissent aux même symptômes pour les plantes. La plante va flétrir, jaunir ou brunir puis mourir.
    Les plantes respirent par les feuilles, les tiges mais aussi par les racines c' est pour cette raison qu 'une eau stagnante n' est pas bonne.

  3. L' ALIMENTATION : Les plantes sont comme nous elles mangent tous les jours. Les aliments pour les plantes sont apportés, pour 9 plantes sur 10, par les racines donc la terre et l' eau. Les plantes d' intérieurs dépendent à 100% des aliments qu'on leurs apportent c' est à dire les engrais naturels de préférences et le rempotage régulier. Il faut savoir qu 'il est plus rare qu 'une plante soit en surplus plutôt qu'en manque. Le seul élément qui peut-être préjudiciable à la plante si on lui en donne trop est l' Azote (N). Il est toxique en grande quantité.
    Il existe maintenant des engrais pour chaque famille de plantes (orchidées, cactées, plantes vertes, plantes fleuries et engrais foliaires) cependant il vaut mieux préférer les engrais biologiques qui bénéficient aussi bien à la terre qu 'à la plante qui y est plantée.
    Un apport par mois est la bonne moyenne de Mars à Octobre et aucun apport de Novembre à Février.

  4. La TEMPERATURE : La seule chose que l' on peut dire c' est que les plantes d' intérieur là non plus n' ont pas beaucoup le choix car elles doivent s' adapter à la température des pièces où elles se trouvent. La température moyenne dans nos maison est de 20°C à 2° en plus ou en moins. Remarque la grande majorité des plantes de la maison sont des plantes des tropiques ou du moins des régions chaudes donc ce n' est pas un problème. Le souci qu 'il peut y avoir et la constance de ces températures. En effet, dans leurs milieux naturels les plantes sont soumises à des écarts de températures entre, la majorité des cas, le jour est la nuit. Dans les habitations ces différences sont rares ou minimes.
    Conséquence : moindre développement des plantes, maladies plus fréquentes, vieillissement prématuré par manque de repos.

 

Un autre point est des plus important, c' est le rempotage! En effet, un rempotage tous les trois ou quatre ans est indispensable et la plupart du temps après la floraison ou au printemps.

Pourquoi le rempotage est-il important? Car en pot c' est à dire dans un milieu confiné la terre ne se renouvelle pas ou très très peu si l' on procède à l' apport d' engrais biologique (organique). Dans la nature, la terre par l' action de la faune et de la flore environnante la terre se renouvelle à peu près tous les 6 à 8 mois.

Rempoter n' est pas compliqué mais demande quelques connaissances de base. Il faut plusieurs choses pour le mener à bien.

  • Du terreau de rempotage.
  • Un nouveau pot de 5 à 10cm de diamètre supérieur à l' actuel.
  • Une vielle fourchette ou une griffe.
  • Une paire de ciseau ou un couteau.
  • De l' eau.

Le type de terreau est important surtout pour les orchidées, les cactées et bonsaïs car ces plantes ont des besoins particuliers. Pour les autres, un simple terreau rempotage fera l' affaire. (ndlr : la différence entre un terreau horticole et un terreau de rempotage est l' odeur).

Le nouveau pot doit être assez grand mais pas trop pour éviter que les racines prennent le dessus sur les parties aériennes de la plante. C' est pourquoi un pot entre 5 et 10cm de diamètre supplémentaire est l' idéal.

Pourquoi une fourchette ou une griffe? Car après avoir dépoté votre plantes et avant de la rempoter, il faut déchignonner les racines. En effet, les racines auront normalement formées un chignon autour du pot (ndlr : les racines tournent dans le pot) et il faut le casser. Il y a un double intérêt 1) permettre une meilleur implantation dans le nouveau pot, 2) permettre le développement de nouvelles radicelles plus rapidement. C' est à ce moment précis qu l' on utilisera les ciseaux ou le couteau afin de supprimer les vielles racines (ndlr : en jardinage on appelle cela habiller le chevelu racinaire). Le fait de couper les racines les incitent a produire des nouvelles radicelles.

Avant dernier point à chaque fois que vous rajoutez du terreau tassez bien! Un bon rempotage c' est quand on peu soulever la plante et son pot en tenant la plante par sa tige principale. (ndlr : en fonction de son poids bien évidemment).

Dernier point, il faut maintenant bassiner à refus la plante. C' est à dire plonger la plante que vous venez de rempoter dans l' eau jusqu 'à ce qu 'il n' y est plus de bulles d' air qui sortent du pot.

J' espère que ces conseils vous permettront d' embellir votre intérieur préféré. N' hésitez pas à me poser des questions si vous en éprouvez le besoin.

Cactus de noël ou Sclumbergera truncata

Bananier nain ou Musa acuminata

Nid d' oiseau ou Fougère nid d' oiseau ou Asplenium nidus

Arbre-ombrelle ou Schefflera arboricola

Nid d' oiseau ou Fougère nid d' oiseau ou Asplenium nidus, avec repère de taille

 

Les Maladies et les ravageurs des plantes d' intérieur.

Les plantes d' intérieur sont elles aussi sujettes à l' attaque de maladies et d' insectes divers et variés. Cependant la plus part des symptômes de nos plantes d' intérieur viennent du non respect des principes de base énoncés dans les paragraphes ci-dessus! En effet, comme on la vu plus haut, les conditions de nos intérieurs sont loin d' être identiques à l' environnement naturel des plantes que nous possédons. Trop de lumière ou pas assez, trop d' eau ou pas assez, de l' air trop chaud ou trop froid et surtout des courants d' air mal venus.

On peu tout de même lister quelques symptômes récurrents sur nos chères plantes :

1. Les Cochenilles : elles sont de plusieurs types différenciées par leurs aspects extérieurs. Cependant elles ont toutes le même système de fonctionnement et "d' attaque". Ce sont des insectes piqueurs suceurs au même titre que les pucerons c' est à dire qu 'elles possèdent un rostre (un pique) qui leur sert à percer les feuilles ou les tiges des plantes afin de se nourrir de la sève dite élaborée. Certaines personnes les assimilent à des vampires pour les plantes.
Les symptômes sur les plantes sont, outres leur présence, un affaiblissement de la plante, un jaunissement généralisé, la présence de gouttelettes collantes et brillantes sur les feuilles (miellat : excréments sucrés des cochenilles et des pucerons).


Voici les différents types :
- Cochenilles farineuses : petits amas blancs souvent d' aspect cotonneux ou farineux (d' où leur nom) se trouvant au revers des feuilles ou sur les branches 4mm environ.
- Cochenilles à boucliers ou carapaces : souvent groupées ou en file indienne de couleur brun clair à brun foncé et en forme de coques plus ou moins bombées 3mm environ.
- Cochenilles cireuses : souvent groupées ou en file indienne de couleur vert-brun clair en forme de coques aplaties 5mm environ.

Elles arrivent le plus souvent quand on introduit une nouvelle plante dans la maison qui elle est porteuse. La deuxième voie de contamination étant la proximité d' un appartement où se trouve des plantes contaminées.

Les différents moyens de traitement.

Il faut savoir que venir à bout des cochenilles et sans doute le travail le plus dur qui soit, mais ce n' est pas impossible avec de la patience et de la rigueur. 3 moyens sont possibles :

  1. L' apport d' un auxiliaire : Cryptolaemus montrouzieri qui est un coccinelle très friande de cochenille. Mais il faut avouer que c' est un moyen peu pratique en logement.
  2. L' utilisation de différents produits biologiques :
    - Un insecticide à base de pyréthre naturel en pulvérisation (efficace surtout sur les larves car moins développées donc moins protégées),
    - des huiles biologiques telles huile minérale ou huile de colza en pulvérisation (cela permet d' asphyxié les individus touchés),
    - Le Savon noir (20cl d' huile pour 3 cuillère à soupe de savon noir) ou le Savon mou (prêt à l' emploi) en pulvérisation (vieux remède qui allie les principes de l' huile, asphyxie, et ceux du savon à base d' essence naturelle, toxicité et affaiblissement des cochenilles).
  3. L' utilisation de produits phytosanitaires chimiques : Insecticides à base de Bifenthrine ou d' imidaclopride en pulvérisation. Attention au précaution d' emploi! Ndlr : préférence pour d' imidaclopride qui possède des qualités systèmiques plus en relation avec le mode de fonctionnement de la cochenille.

Je ne vous cacherez pas ma préférence pour l' utilisation des produits biologiques et plus particulièrement : le Savon noir ou le Savon mou à renouveler tous les trois jours pendant 15 jours. Ce procédé a le double avantage d' être efficace sur les cochenilles et le miellat et d' être sans danger dans un milieu confiné comme une habitation. Il ne faut pas hésiter à bien mouiller la plante, en effet contrairement aux autres produits de traitement plus il y en aura au contact de la plante plus il y aura d' efficacité.

colonie de cochenille sur pamplemousses

cochenille gros plan sur pamplemousses

miellat de cochenille sur feuille de pamplemousses

 

2. Les Pucerons : symptômes et traitements identiques aux cochenilles à part l' auxiliaire qui devient Adalia bipunctata ou Adalia septempunctata ou Chrysopes avec le même bémol que pour les cochenilles c' est à dire que c' est moyen peu pratique en logement.

Colonie de pucerons et détail

Pucerons en gros plan

 

3. Les Acariens : Faussement appelées araignées rouges ou jaunes (des arachnides) ou tisserands . Les acariens se propagent en ambiances chaudes et sèches.

Les symptômes les plus visibles sont un jaunissement des feuilles et une chute de celles-ci. En effet, les acariens mesurent entre 1/2 mm et 1 mm donc peu visible à l' oeil nu. Il se nourrissent et se multiplient en piquant et suçant les cellules de l' épiderme des feuilles en les vidant, ce qui provoque le jaunissement.

Les différents moyens de traitement :

  1. Le plus facile est de pulvériser de l' eau, de pluie de préférence, sur les plantes sensibles.
  2. L' apport d' un auxiliaire : Phytoseiulus persimilis qui est un coccinelle très friande de cochenille. Mais il faut avouer que c' est un moyen peu pratique en logement.
  3. L' utilisation de différents produits biologiques :
    - Un insecticide à base de pyréthre naturel en pulvérisation. 2 traitements à une semaine d' intervalle.
    - des huiles biologiques telles huile minérale ou huile de colza en pulvérisation (cela permet d' asphyxié les individus touchés),
  4. L' utilisation d' un produit phytosanitaire chimique : Insecticides à base de Bifenthrine ou Dicofol (attention produit prochainement retiré de la vente au particulier) en pulvérisation.

 

4. Les Aleurodes : appelées aussi mouche blanche (.Trialeurodes vaporariorum).

De la famille des Homoptères, ce petit insecte préfère les conditions chaudes et humides comme les serres ou les vérandas. Il existe 2 variétés mais je ne parle ici que des Aleurodes dites "des Serres" car ce sont elles qui nous posent le plus de problème. Elles volent autour des plantes mais surtout elles boivent la sève élaborée de celles-ci. Les feuilles peuvent jaunir par manque de nourriture, devenir brillante et collantes et parfois noircir. La brillance, le fait d' être collantes sont deux effets directement liés aux déjections des aleurodes que l' on appelle miellat. Le noircissement est un effet indirect car c' est un champignon, la fumagine qui vient se nourrir du miellat qui se trouve sur les feuilles et qui est sucré.

Les différents moyens de traitement :

  1. Il faut savoir que les aleurodes ont horreur des courants d' air, donc une bonne ventilation est le meilleur moyen pour les combattre et le moins onéreux.
  2. L' apport d' un auxiliaire : comme Encarsia formosa une mini guêpe parasite est un moyen biologique efficace mais dur à mettre en oeuvre en maison ou appartement.
  3. L' utilisation de différents produits biologiques :
    - Un insecticide à base de pyréthre naturel en pulvérisation. 1 traitements tous les 3 ou 4 jours jusqu 'à disparition totale des individus est efficace aussi.
    - L' utilisation de Savon Mou grâce à sa composition savon noir + huile est efficace aussi en pulvérisation au rythme de traitements tous les 3 ou 4 jours jusqu 'à disparition totale des individus.
  4. L' utilisation d' un produit phytosanitaire chimique : Insecticide à base de Bifenthrine ou Acétamipride en pulvérisation.

 

JARDINER AU NATUREL C' EST UNE EVIDENCE!

 

Copyright © 2005-2013 Liorzer. Site optimisé en 1024x768. Tous droits réservés.

Sites partenaires : sac cuir / motards courses cyclistes / espaces verts / biodiversité